Sud-Kivu : Aucun incident signalé lors de la marche de l’UNC, voici la teneur du mémo adressé au président Tshisekedi

Ils étaient des milliers de militants, membres, sympathisants de l’Union pour la Nation Congolaise (UNC) et plusieurs autres personnes à inonder les rues de la ville de Bukavu, chef-lieu de la province du Sud-Kivu, dans une marche de soutien à leur président national Vital Kamerhe.

Les manifestants ont tenu à rappeler certaines étapes qu’ils jugent « scandaleux » pendant le jugement du 20 juin dernier. C’est entre autre le refus du juge de prendre en compte les dépositions à décharge de Kamerhe, estimant qu’ils étaient de son parti et d’autres des ressortissants de son territoire d’origine, et ne prenant uniquement en compte que les témoignages à charge, qui pourtant « étaient seuls dont l’origine territoriale et ou appartenance politique aient intéressé le TGI ».

Dans leur mémorandum lu par le député national Alfred Maisha, adressé à Félix Tshisekedi et remis au gouverneur Théo Ngwabidje, les habitants du Kivu qui se réclamant d’électeurs « privilégiés de l’honorable Vital Kamerhe », demandent au Président Félix Tshisekedi de garantir « un procès équitable au second degré, à Vital Kamerhe », qu’ils veulent voir en liberté dans un bref délai et sans condition.

« la population du Sud-Kivu n’a pas l’impression de croire que les dernières promotions de tous les intervenants dans le dossier de Vital Kamerhe à l’occasion de vos ordonnances d’organisation judicaire récemment signées par vous était un obstacle à votre autorité pour créer un climat favorable à un procès équitable en faveur de l’honorable Vital Kamerhe », indique ce mémorandum.

Pendant cette manifestation, l’on a noté la présence outre du député national Maisha, celle des députés provinciaux, des responsables du parti en province et du député Albert Foka Maike du PPRD et certains cadres de l’AFDC-A de modeste Bahati Lukwebo.

Le gouverneur Ngwabidje a félicité les manifestants pour la discipline et leurs a promis de faire arriver ce mémo à qui de droit.

Cette marche a été encadrée du début jusqu’à la fin par les éléments de la police et aucun incident n’a été signalé.
Une autre action est projetée pour ce vendredi et chutera cette fois au terrain de Funu, ou les manifestants devront suivre en direct le procès en appel.

Pascal Mugisho depuis Bukavu

 10 vues,  1 vues ce jour

Partager cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *