RDC: Affaire « République du Kivu », l’UNC/Sud-Kivu exige la libération totale de ses jeunes membres arretés depuis environ trois semaines

La fédération de l’Union pour la Nation Congolaise UNC/Sud-Kivu, invite les responsables de services de sécurité, à libérer définitivement leurs membres qui continuent à croupir illégalement dans les cachots de l’agence nationale de renseignement à Bukavu.

Selon le président de l’inter-fédération de ce parti cher à Vital Kamerhe, Richard Bunani qui a été joint au téléphone ce samedi 18 juillet, certains de ceux-là qui étaient détenus ont été libérés, mais d’autres sont toujours entre les mains de l’ANR “sans aucune raison valable”.

Il explique que des démarches légales sont menées par la fédération UNC/Sud-Kivu pour que ces membres recouvrent leur liberté sans condition.

Rappelons qu’en date du 1er juillet dernier, la ville de Bukavu s’était réveillée avec des drapeaux hissés dans différents coins sur lesquels était écrit « République du Kivu ».
Depuis ce jour, les autorités provinciales ont annoncé la traque de toute personne qui ferait partie de ce complot.

Alors qu’à la veille de ce jour, soit le 30 juin, jour marquant l’anniversaire de l’indépendance de la RDC, certains jeunes de l’UNC avaient une rencontre, au cours de laquelle ils portaient des habits aux couleurs jaune bleue, de la tenue que porte leur président national à la prison de Makala.

Pascal Mugisho depuis Bukavu

 6 vues,  1 vues ce jour

Partager cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *