Kasaï Central : Les forces vives de la province appellent la communauté internationale à prendre en charge les victimes de la crise sécuritaire.

Les structures membres de la société civile et toutes les couches de la population de la province du Kasaï Central sont descendues dans les rues de Kananga ce samedi 13 février pour dire stop à la recrudescence de cas d’insécurité qui se porte bien dans cette entité.

Ils étaient plusieurs centaines à inonder les grandes artères de la ville dès 9 heures locales au carrefour Notre dame de Katoka, lieu de rassemblement.
Après une possession de plus d’une heure, les manifestants ont envahi la cour de l’hôtel de Ville où leur mémorandum a été lu et déposé .

Dans ce mémo, les forces vives de la population constatent la précarité et la persistance de la situation sécuritaire caractérisée par une insécurité généralisée. Cette barbarie porte atteinte à la vie de plusieurs citoyens et engendrent plusieurs conséquences sociales.

Devant l’ampleur de la situation où il ne se passe pas un jour sans qu’un cas de criminalité ne soit signalé, les forces vives recommandent ce qui suit ;
Aux députés nationaux, de plaider au près du gouvernement central et appuyer la justice ;
Aux élus provinciaux, de mener des enquêtes parlementaires afin d’identifier les responsables des crimes ;
Au gouvernement provincial, d’assumer ses responsabilités en restant près de la population ;
A la communauté internationale, d’apporter en toute urgence une aide nécessaire aux victimes de cette crise et aussi apporter un appui financier et technique aux organisations de la société civile pour la sensibilisation des communautés à la culture de la paix et la citoyenneté responsable.

C’est dans une ambiance conviviale que la manifestation a pris fin .Aucun incident n’a été signalé malgré la marrée humaine .

Jean Claude Ngalamulume Bakamubia

 178 vues,  2 vues ce jour

Partager cet article

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :