Kasaï Central : La CNDH fustige l’absence des magistrats dans les juridictions et plaide pour l’affectation urgente

Dans le soucis de se rendre compte des conditions de vie des magistrats et personnel et faire un état de lieu de la situation, la commission nationale des droits de l’homme (CNDH) antenne du Kasaï Central, a mené une enquête dans plusieurs juridictions de la province.

A l’issue de cette tournée, l’animateur provincial de cette institution d’appui à la démocratie, constate avec amertume la carence des opérateurs judiciaires dans toutes les entités touchées. Maître Vincent Kayembe regrette la réduction des magistrats alors qu’ils étaient en nombre insuffisant
“La province du Kasaï Central est déganie des magistrats. Par exemple, le parquet général des grandes instances de Kananga, sur trois magistrats qui y étaient en nombre infinitésimal, deux sont affectés ailleurs. Il n’y reste qu’un ayant le grade du substitut du procureur de la République alors que le parquet général a la compétence sur l’ensemble de la ville de Kananga.

La juridiction de Tshimbulu semble être vaste, prenons les cinq territoires avec un procureur sans magistrats, le procureur n’est pas un robot ; voilà où le bas blesse!” s’est-il exclamé.

Toutes fois, Kayembe Tshiamumanyi invite le conseil supérieur de la magistrature à affecter les magistrats aux juridictions du Kasaï Central pour éviter la vengeance privée dans le soucis de faciliter la justice de proximité
“Nous demandons au conseil supérieur de la magistrature à revenir sur ce cas. J’étais à Demba en prison, il n’y a aucun condamné. Nous nous sommes battu pour rapprocher les justiciers aux justiciables à ce moment là, les gens auront des problèmes mais comment imaginez-vous on affecte tous les magistrats ailleurs. Nous voudrions demander au conseil supérieur de la magistrature de revenir sur le cas du Kasaï Central. De grâce, que les magistrats qui ne s’étaient pas présentés au poste d’attache, soient sanctionnés. Nous ne sommes pas dans une République bananière”, ajoute le numéro1 de la CNDH au Kasaï Central.

Il a également sollicité l’implication des autorités provinciales afin que la population retrouve gain de cause quant à ce.
“Nous voudrions que les autorités provinciales prennent à bras-le-corps cette situation. Il faut qu’on affecte les agents du ministère public et de la magistrature assise. Dès lors qu’il n’y a pas d’animateurs, nous allons conclure que l’État a failli à sa mission quant à ce qui concerne la justice mais nous ne cesserons de tirer la sonnette d’alarme pour que les choses s’améliorent dans le futur.”

Rappelons que c’est depuis le 17 juillet 2020 que le Chef d’Etat Félix Tshisekedi a signé l’ordonnance portant nomination des magistrats dans différentes juridictions du pays.

Jean Claude Ngalamulume wa Bakamubia, depuis Kananga

 6 vues,  1 vues ce jour

Partager cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *