Kasaï Central :Appartenance de Bakwakenge au Kasaï, un acteur parle d’un arrangement politique

Le feuilleton Bakwakenge continue à diviser l’opinion publique et suscite beaucoup de réactions dans la sphère des acteurs sociopolitiques.

Candidat malheureux aux législatives de 2018 Koffi Kafula est sorti de son long silence pour donner sa voix au chapitre quelques jours après la clôture du forum sur la paix et la réconciliation des peuples Lulua au Kasaï Central et kuba au Kasaï.

Cet acteur politique indépendant fait savoir que l’appartenance de la Cité de Bakwakenge à la province sœur du Kasaï est un arrangement politique aux fins électoralistes. Il voit derrière les résolutions de la conférence, la main noire de Evariste Boshab, un cadre du fcc dont le village d’origine serait au Kasaï Central selon les cartographies belges.
” C’était prévisible, nous avons assisté à des scénarios qui sont loin de mettre fin aux conflits communautaires. La vérité n’a pas été dite dans toutes ses facettes.On a essayé de frôler la vérité car la question qui avait réunie les deux parties a été contournée ” s’indigne-t-il.

Ex enseignant des institutions supérieures du territoire de Demba, Kafula Mputu signe et persiste que la localité de Bakua kenge fait partie du Kasaï Central.
“Il y a des élections dans ce pays, Bakwakenge était de la circonscription de Demba. Mais comment aujourd’hui on veut erriger une barrière, on a pas senti l’arbitrage du vice ministre de l’intérieur “, ajoute-t-il.

L’homme motive sa position par deux irrégularités notamment la discrimination dans le choix des participants et le manque de débat à propos des rapports des experts de l’IGN.Toutefois, il sollicite l’implication personnelle du Chef de l’État et l’apport de l’expertise internationale.

“Quelle est la méthodologie qu’on avait utilisée,on a pas débattu sur les limites. Le ministre de l’intérieur pensait que les experts étaient des topographes. Nous allons utiliser toutes les voies de réclamation. Ça c’était une messe noire du fcc, tout le monde avait des couleurs. On a tenu compte des considérations politiques, c’est clair. Cette équipe de sourds foudroyers venus de Kinshasa étaient loin de la vérité. Nous n’allons pas accepter des choses pareilles” conclut-il.

Rappelons qu’à l’issue de la conférence sur la paix et la réconciliation tenue du 9 au 11 octobre 2020 à Kananga, le vice ministre de l’intérieur Innocent Bokele avait tranché en faveur de la province du Kasaï .

Jean Claude Ngalamulume Bakamubia depuis Kananga.

 135 vues,  2 vues ce jour

Partager cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *