Ituri : Après la consultation des communautés de 5 territoires, les non originaires vivant à Bunia associés au dialogue intercommunautaire

Il y a plus d’un mois déjà que le gouverneur de l’Ituri, Jean Bamanisa Saïdi, dans un élan de la recherche des solutions pour la paix dans sa province, avait initié une série de dialogues intercommunautaires, invitant ainsi les fils et filles de l’Ituri, toutes tendances confondues, à se retrouver aux côtés de l’autorité provinciale en vue de lui proposer les voies de sortie de crise pour une paix durable.

Ce dialogue s’est déroulé dans plusieurs endroits de la province, et le dernier en date a eu lieu le 3 novembre dernier à l’Espace Gard du Nord situé au quartier Yambi Yaya dans la commune de Mbunya, sous la direction de la Conseillère du gouverneur chargée des Associations culturelles, Claudine Nzeni.

L’objectif était d’impliquer tout le monde, notamment les leaders d’opinion pour apporter leurs propositions susceptibles de ramener la paix véritable en Ituri en mettant fin à l’activisme de différents groupes armés qui infestent la province, entre autres la CODECO, le FPIC/Chini ya kilima et le Zaïre qui freinent son développement depuis plus de 3 ans.

Ainsi, après la rencontre avec les différents groupes de leaders communautaires représentant les 5 territoires de l’Ituri vivant à Bunia, à savoir le Libaru (Aru), Lori et Ndo (Djugu), Ente (Hema de Djugu et Irumu), Zunana (Bicommunautés Mahagi et Mambasa, a été suivie par celle de l’Union Nationale des Associations Culturelles pour le Développement de l’Ituri (UNADI).

A entendre parler les uns et les autres, il n’y avait que des accusations réciproques entachées d’hypocrisie. Chaque groupe s’étant victimisé, renvoyant la balle dans l’autre camp en communautarisant le conflit qui les oppose les uns contre les autres.

A en croire Claudine Nzeni, Conseillère du gouverneur de province chargée de la Nouvelle Citoyenneté et Relations avec les Associations Culturelles et Présidente honoraire de l’UNADI s’adressant aux participants à cette assise, a indiqué que cette rencontre est organisée dans le cadre de la continuité de la caravane de la paix initiée par le gouverneur Jean Bamanisa Saïdi pour parler de la paix entre les communautés et aussi les non originaires pour que ces derniers puissent présenter leur perception à ce qui se passe en Ituri, paraphrasant le ministre de la Défense nationale Aimé Ngoy Mukena ” la paix pour tous et tous pour la paix “.

Et d’ajouter : ” j’ai voulu élargir mon champ d’action, raison pour laquelle, j’ai choisi les non originaires qui ont dit ce que les originaires n’ont pas dit, et nous en feront un rappel à l’autorité provinciale, a déclaré Claudine Nzeni à l’issue de cette assise, soulignant que le dialogue doit être permanent et on doit toujours se parler dans un cadre de grand forum, où nous devons réfléchir pour le développement de l’Ituri “.

Selon moult recommandations formulées par les différents groupes présents à cette assise, la première du genre, ces derniers ont souhaité qu’il soit organisé une grande rencontre avec l’autorité provinciale où ils auront l’occasion de révéler à cette dernière les grands maux qui rongent l’Ituri dont certains leaders fils du terroir n’ont pas le courage de les dénoncer, et qui seraient à l’origine de l’insécurité qui déstabilise la province pour y avoir vécu plusieurs années et choisi l’Ituri comme leur deuxième province.

Il faut noter que notre rédaction a enregistré à cette assise, les délégués du grand Katanga, grand Kasaï, grand Kivu, grand Bandundu, grand Equateur, Kongo Central, grande Orientale sans l’Ituri.

Jonas Mukonkole

 109 vues,  1 vues ce jour

Partager cet article

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :