Grand Kasaï : Le projet PVS de l’Inades vient à la rescousse des centaines de ménages agricoles

l’Institut africain pour le développement économique et social (Inades) a initié le projet de promotion des vivres de souveraineté (PVS) dans le soucis de valoriser les produits de premièr rang locaux face aux autres importés à l’extérieur, celà en passant par le renforcement des compétences des paysans.

Ce premier projet concerne les deux territoires de Dibaya (Kasaï Central) et Mweka(Kasai) dans l’approche de la lutte contre la pauvreté.
Lors d’un entretien avec le délégué d’antenne Inades/Kananga, sa structure vient en aide aux cultivateurs réunis en association paysanne avec des semences améliorées qui distribue en suite aux ménages agricoles. Ce capital semencier est accordé pour une durée déterminée et le remboursement avec intérêt à cette échéance est obligatoire.

Hormis les semences, l’Inades assiste cette catégorie de personnes avec des petits bétails dans le soucis de lutter contre la pauvreté qui frappe la grande partie de la population au Kasaï.
Yves Mbala a révélé avoir choisi ces sites à cause des violences perpétrées dans ces milieux en 2017 qui ont engendré la misère et l’appauvrissement des communautés dans la région du Grand Kasaï.
Il a également parlé des difficultés rencontrées par ses agents sur le terrain.

“En terme des réalisations, nous avions enregistré des prouesses dans le secteur agricole, car les foyers agricoles ont capitalisé notre formation. Ils ont bien travaillé avec ce projet que l’Inades a mis en place avec son secrétaire général de Cote d’Ivoire.
Les difficultés sont énormes, la population est mal habituée. Ils nous confondent avec les humanitaires. Nous, nous ne donnons pas gratuitement par contre, nous travaillons avec des unions ou organisations paysannes à qui nous remettons les semences et animaux de basse-cour. “, a laissé entendre Yves Mbala, avant de renchérir: “Nous nous félicitons d’avoir atteint nos objectifs dans plusieurs sites. Les communautés locales se sont déjà organisées en coopérative et beaucoup de ménages à Dibaya tout comme à Mweka vivent quotinnenent grâce à notre initiative . Après cette année où on a eu pas mal de contraintes à cause de la pandémie a coronavirus. L’année 2021 sera pour nous l’année d’action, nous aurons à corriger les erreurs”, a-t-il conclu.

Jean Claude Ngalamulume wa Bakamubia,a Kananga.

 9 vues,  1 vues ce jour

Partager cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *