EPST/ Réunion de la commission paritaire. des faux syndicats mobilisés pour des fins politiques et stratégiques contre les intérêts des enseignants.

Prévue pour ce mercredi 05 août 2020, l’Assemblée Générale des enseignants devait en principe réunir tous les syndicats du sous-secteur de l’enseignement Primaire, Secondaire et Technique (EPST) avec le gouvernement pour amorcer les travaux de la commission paritaire, afin d’assurer un retour apaisé des enseignants et élèves finalistes pour parachever l’année scolaire 2019-2020.

Cependant, les syndicats représentatifs des enseignants, notamment ceux affiliés à l’Internationale de l’Education ainsi que d’autres (SYECO, FENECO-UNTC, CSC-Enseignement, SYPEN,…) ont été surpris par une decision du Bureau de l’Intersyndicale de l’enseignement, leur parvenue la veille de l’activité et peu seulement d’entre eux ont su mobiliser leurs membres pour y prendre part.

Curieusement arrivés sur place, le lieu de l’activité, ITC Limete, était envahi par les administratifs du SECOPE et des services centraux de l’EPST, venus nombreux (soutenir) combattre certaines actions de façon inconsciente.

Des messages leur envoyés la veille les obligeraient de se présenter obligatoirement à l’assemblée générale et même un bus a été appréhendé sur le lieu, transportant certains et un groupe avec le t-shirt de Association Willy Bakonga (AWIBA),…

L’assemblée a eu lieu, certains petits syndicats, jamais connu ont profité pour faire campagne avec des demi-banderoles où on pouvait y lire, notamment “… Nous soutenons la paie des enseignants N.U.”, comme pour dire que les problèmes des enseignants sont à la fois entiers et bien connus; il ne reste plus qu’à affronter le gouvernement et revenir à la base avec les résultats escopmtes

Il faut donc avouer que de tous les propriétaires des syndicats de l’EPST, au-moins 50% sont des fonctionnaires du Service de contrôle et de paie des enseignants (SECOPE). Avec le soutien des syndicats de l’Internationale de l’Education aux différentes réformes dont l’enquête diligentée au SECOPE, le sommeil des autorités de ce service est loin d’être paisible.

“La vie des syndicats, c’est la vie des réunions et pour renforcer nos droits, il est important d’avoir des accords et de les appliquer” précise Augustin TUMBA NZUJI, Secrétaire Général de la FENECO-UNTC. Et à lui d’ajouter, il faut absolument une évaluation de la mise en oeuvre de l’accord de Bibwa et revenir sur les mesures préventives et de réparation pour sécuriser les milieux scolaires.

Le plan a été déjoué quand l’un des syndicalistes, directeur au SECOPE a voulu lire une déclaration bien préparée à la presse; c’est alors que les enseignants ont failli lui arracher la vie avec des coups.

A la fin de cette activité, certains syndicats se sont réunis dans les parages pour se distribuer de l’argent, des pratiques qu’on rencontre souvent dans les partis politiques. Qui est derrière ? Ça va se savoir.

 5 vues,  2 vues ce jour

Partager cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *