spot_imgspot_imgspot_imgspot_img

Latest Posts

Ituri : A l’ouverture de la célébration de la 32ème édition de la Convention relative aux droits des enfants , le vice-gouverneur appelle les enfants à réclamer leurs droits

Le vice-gouverneur de l’Ituri, le commissaire divisionnaire Alongabony Benjamin, a, au nom du gouverneur militaire de l’Ituri, le Lt général Luboya N’kashama Johnny, ouvert à l’hôtel de la Province, la journée de réflexion sur l’applicabilité des droits de l’Enfant en Ituri.

Organisée par l’ONG Save The Children International, cette journée a pour objet d’étudier le goulot d’étranglement qui fait de l’obstruction à l’applicabilité des droits de l’Enfant dans le contexte de l’Ituri, a fait savoir Maino Mahamadou, Field Manager de cette ONG internationale, ajoutant que la 32ème journée est une opportunité à saisir tous, du fait que
l’autorité provinciale s’intéresse à la situation des enfants, a-t-il affirmé.

La présidente du parlement d’Enfants en Ituri Mlle Lukusha Ntumba, s’est exprimée en ces termes : » Le contexte spécifique de notre chère province de l’Ituri, la situation relative aux Droits de l’Enfant est loin d’atteindre son succès malgré les multiples efforts que fournissent le gouvernement provincial et les structures qui militent pour le respect de droits de l’Enfant ».

Face à cette situation,la résidente du parlement d’Enfants en Ituri se pose une série de questions notamment : Pourquoi les Droits de l’Enfant Iturien ne sont-ils pas respectés ? ; Les efforts fournis ne sont-ils pas suffisant ? ; Qu’avons nous fait ou pas pour les Droits de l’Enfant Iturien ne soit pas qu’un idéal ?

A cet état de choses, Mlle Lukusha Ntumba s’est référée à la résolution 16-12 du Conseil de Sécurité des Nations Unies, considérée comme violation grave de Droit de l’Enfant: Attaques des écoles et hôpitaux, meurtres et mutilation, viol sexuel sur mineures, enrôlement d’enfants dans les groupes armés, refus d’aide humanitaire aux enfants.

« Fort malheureusement, tous ces éléments ci-haut cités sont vécus au quotidien au Congo et en Ituri en particulier, 30 ans après la ratification de cette loi par la RDC, les pires formes de violation d’enfants se retrouve au Congo, s’interrogeant si la Convention de Droits de l’Enfant (CDE) était un sujet de joie ou de honte » s’est-elle exclamé !

« D’où sa vulgarisation et son applicabilité doivent concerner des grandes villes jusqu’aux plus petits villages, c-à-d de la capitale à la campagne pour que ce droit soit uniformément respecté, et que son évaluation soit objective et non seulement figurative mais plutôt réaliste » , a-t-elle conclu.

S’adressant aux parents, le vice-gouverneur de l’Ituri, le commissaire divisionnaire Benjamin Alongabony Benjamin a déclaré en ces termes :
 » c’est nous qui avons fait appel aux enfants, car ces derniers n’ont jamais demandé de naître, mais c’est plutôt nous, les parents.
Cependant, a-t-il renchéri, l’enfant ne vit pas dans un environnement sain, faisant ainsi allusion aux enfants quémandeurs éparpillés dans les rues de Bunia »

 » Les droits de l’enfant est un droit divin qu’on ne peut les laisser à la merci de la rue, et vous les enfants vous devez réclamer vos droits, car ce n’est pas une faveur,et nous les adultes nous devons réfléchir sur vos droits, en prenant conscience », a-t-il fait savoir.

Quelques recommandations assorties de plaidoyer seront déposées à l’autorité provinciale, précise-t-on.

Jonas Mukonkole

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Latest Posts

Abonnez-vous à notre newsletter

Pour être mis à jour avec toutes les dernières nouvelles, offres et annonces spéciales.

spot_imgspot_img

Don't Miss