spot_imgspot_imgspot_imgspot_img

Latest Posts

Kasaï Central: Une fille de trois ans parmi les victimes des cas des violences sexuelles,une ong interpelle les instances judiciaires pour la poursuite des auteurs

Femmes main dans la Main pour le développement du Kasaï (FMMDK), une organisation de défense et promotion des droits des femmes basée à Kananga chef-lieu de la province du Kasaï Central, déplore la recrudescence des cas des violences sexuelles et celles basées sur le genre en province et l’impunité des auteurs de ces actes ignobles.

Nathalie Kambala Luse, coordonnatrice nationale de cette organisation,a dans un rapport publié ce mardi 09 novembre 2021, énuméré sept cas récemment à travers le Kasaï Central, qu’elle considère comme situation traumatisante dans laquelle sont plongées les filles et femmes de sa province.

FMMDK évoque le cas d’une adolescente convalescente violée alors qu’elle venait de subir une opération chirurgicale dans le territoire de Dimbelenge. Pire encore, elle a connu des complications dans la suite.

Toujours dans cette entité déconcertée du Kasaï Central, FMMDK alerte également sur le viol d’une fille de trois ans qui est abandonnée à son triste sort malgré ses infections. L’autre agression sexuelle est commise par un pasteur de la place. Kambala Luse déplore l’opacité qui entoure la suite de ce dossier avec l’arrestation brusque du père de la victime pendant son voyage vers Kananga pour l’obtention des soins intensifs en faveur de sa fille.

De l’autre bout de la lorgnette,à Luiza, territoire situé à 200 km du chef lieu, cette organisation note le cas d’une mère de deux enfants répudiée par son mari pour avoir refusé d’imputer faussement le dossier de viol à un innocent, écrit Nathalie Kambala qui fustige l’abandon de la femme. Dans ce rapport,une cinquantenaire de Demba a été violée par un élément des Fardc en mission dans ce coin où la police de protection a recensé 31 cas de violences sexuelles au terme du mois d’octobre 2021.
Alors que dans la ville de Tshimbulu, une élève de troisième biologie chimie incarcérée au cachot a été engrossée par un élément de la PNC. Pendant qu’une femme mariée à été violée à l’absence de son mari. Le regret de Nathalie Kambala est de constater que dans tous les cas énumérés ci-haut,tous les bourreaux vaquent quotidiennement à leurs préoccupations sans être inquiétés par la justice. Ainsi, elle met la pression sur les instances judiciaires à jouer convenablemen leurs rôles afin de réhabiliter les victimes dans leurs droits.

 » Et par conséquent, j’estime pour ma part qu’il est temps que le pouvoir législatif joue le rôle qui est le sien,celui de décourager tous ceux qui continuent de fouler aux pieds la loi. Les filles et les femmes ont le droit d’être protégées. Tous les bourreaux doivent se retrouver en prison ainsi que ceux qui traitent avec complaisance et légèreté tous les cas de violences sexuelles et celles basées sur le genre » peut-on lire dans ce rapport.

Jean Claude Ngalamulume Bakamubia

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Latest Posts

Abonnez-vous à notre newsletter

Pour être mis à jour avec toutes les dernières nouvelles, offres et annonces spéciales.

spot_imgspot_img

Don't Miss