spot_imgspot_imgspot_imgspot_img

Latest Posts

Kasaï Central : 250 femmes déplacées bénéficient des vivres et non-vivres pour leur survie à Kananga

La 28è communauté méthodiste unie du Congo Central de l’Eglise du Christ au Congo(ECC) a assisté environs 400 retournées d’Angola et autres déplacés dont 250 femmes basés au site du village Nkonko dans la commune de Nganza à Kananga chef-lieu de la province du Kasaï Central.

Ce, grâce à l’appui financier de United Methodist Church (UMCOR), une organisation humanitaire de cette confession religieuse basée aux États-Unis. Initiative de l’Evêque Dr Daniel Lunge Onashuyaka, Président et Représentant légal de la Région pastorale du Congo Central.

La cérémonie de remise des vivres pour la deuxième phase a été présidée par le maire de la ville de Kananga,Mamie Kakubi Tshikele,qui a reconnu les conditions alarmantes de cette catégorie de ses administrés tout en encourageant les responsables de cette Église à initier des différents projets d’autonomisation des retournés.

Les 250 femmes bénéficiaires,ont reçues chacune les ustensiles de cuisine,un récipient d’eau,un bidon de 5 litres d’huile de palme,un demi sac de farine de maïs, savons, sardines, pentalons,chemises, couvertures de lit,robes, draps,sel,sucre, pagnes…

 » Nous sommes venus dans le cadre humanitaire pour aider nos frères et sœurs qui ont été expulsés d’Angola,ça fait deux ans. Nous avions assisté la semaine passée, cette année nous revenons encore et nous espérons revenir encore à Kananga pour la même activité. Les choses que nous leur donnons m,c’est pour la survie d’un mois. Nous sommes entrain de discuter avec nos partenaires pour puissions les accompagner autrement, c’est à dire,les aider à s’autosuffir. Les appuyer à faire l’agriculture. Éventuellement,les aider à construire afin qu’ils soient en sécurité.  » a souligné Émile Odimba, coordonnateur national de UMCOR-RDC.

Notons que cette activité a été clôturée le jeudi 30 septembre 2021au Guest house des méthodistes situé au quartier Plateau à Kananga après que plus de 400 déplacés ciblés au camp Denise aient touchés leurs vivres et non-vivres.

Selon le responsable de Umkor en RDC,tout est parti d’un critérium de sélection des ménages les plus démunis sur le terrain avant de passer à l’action.

Ces femmes bénéficiaires ont poussées un ouf de soulagement après ce don. Plupart d’entre elles disent manquer les terres pour cultiver . Outre, l’accès difficile à l’eau potable et aux soins de santé, constitue la cause majeure de la mortalité infantile décriée au site d’hébergement de ces retournés.

 » Je m’appelle Ntumba Rose, je suis mère de trois enfants. Nous nous sommes pas vu avec mon époux depuis 2017 avant notre rappatriement au pays à cause des affres de guerre de la milice de Kamuina Nsapu. Depuis que nous sommes rentrés, nous sommes abandonné par le gouvernement congolais contrairement aux promesses. Nous remercions les agents de l’Eglise méthodistes. Qu’ils ne se limitent pas ici, nous avons beaucoup de besoins  » a lâché une victime tretegenaire, interrogée aux sorties de la salle.

Pour mémoire,les congolais réfugiés de Lova(Angola) ayant fuis les évènements de triste mémoire de 2017 dans la région du Kasaï,ont été rappatriés spontanément à Kananga grâce à l’implication du gouvernement congolais en partenariat avec l’agence onusienne des réfugiés (UNHCR) entre août et septembre 2019. Depuis lors,aucun programme de réinsertion sociale n’a jamais été envisagé malgré les besoins pressentis. Gouverneur à l’époque du Kasaï Central, Martin Kabuya, avait recommandé à ces derniers de regagner dans leurs familles respectives, soutenant que l’État congolais s’était impliqué pour leur retour au pays.

Jean Claude Ngalamulume Bakamubia

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Latest Posts

Abonnez-vous à notre newsletter

Pour être mis à jour avec toutes les dernières nouvelles, offres et annonces spéciales.

spot_imgspot_img

Don't Miss