spot_imgspot_imgspot_imgspot_img

Latest Posts

RDC/Sport : Dossier présumé détournement de fonds de retransmission en direct des matchs de la CAF à la RTNC, les révélations de l’IGF contre l’Agence Goka International jugées fausses

Il ya de cela quelques mois que l’Inspecteur Général des Finances, Jules ALINGETI avait alerté à travers les medias, l’opinion nationale et internationale, sur des supposées découvertes des cas de détournements des fonds destinés à la retransmission en direct des matchs de la Confédération Africaine de football (CAF). Dans cette dénonciation qui était hyper médiatisée, l’Agence GOKA internationale, avec son Directeur Général, Georges KABONGO étaient indexés par l’IGF comme étant les détourneurs des fonds ci-haut indiqués.

En effet, dans ses déclarations qualifiées de diffamatoires par plusieurs et qui ne peuvent être prouvées, Jules ALINGETI avait affirmé qu’à chaque match joué par la République Démocratique du Congo à la CAF, un groupe d’individus sans assises ni bureau, se retrouvaient dans des bars à Matonge pour rédiger des factures sans entête afin d’exiger au gouvernement Congolais le paiement de 400.000 dollars Américains, avant de retransmettre en direct un match de football. En outre, l’IGF a affirmé que l’agence Goka, a reçu 4.310.000000 dollars de la part du gouvernement de la République Démocratique du Congo sur la période de 2019 à 2021. Des révélations graves qui nécessitent des enquêtes journalistiques fiables pour raison de vérification des faits allégués.

Soucieuse de mieux comprendre le tenant et les aboutissants de ce dossier, votre rédaction a approché des sources bien introduites dans cette affaire, qui lui ont conduit à découvrir des faits contraires aux allégations de la toute puissante IGF, des révélations qui laissent croire à nos sources que les allégations constitueraient un complot qui était monté de toute pièce contre l’agence GOKA international et son directeur Général Georges KABONGO.

Selon nos sources, Goka n’a jamais reçu 4.310.000 dollars de la part du gouvernement de la RDC. L’IGF a plutôt confondu les payements effectués dans d’autres pays comme le Congo-Brazza-Ville, le Gabon et le Tchad. En outre, il se révèle que l’IGF ignore le rôle et les attributions de l’agence GOKA International.
Apres vérifications, il sied de préciser que GOKA International est un établissement des droits Congolais dont la mission est l’achat et la vente des droits télé sportifs, ce qui veut dire que cet établissement commercialise les droits achetés en toute régularité auprès des entités sportives internationales. Son champ d’action demeure l’Afrique, l’Asie et l’Europe.

Enregistrée sous RCCM : CD/KIN/RCCM/14-A-13192 et dont le numéro de l’identification nationale est IDNAT : 01-93-N70836L, GOKA international réside sur 644, avenue TOMBALBAYE, Immeuble MASSAMBA, Kinshasa en République Démocratique du Congo.
Nos sources indiquent par ailleurs que les inspecteurs de l’IGF n’ont jamais contacté ni le comptable de GOKA international, ni son consultant et encore moins l’assistant du Directeur Général de cet établissement.
Comment donc un établissement privé bien identifié par l’Etat congolais avec une assise et des contacts localisables peut-il être réduit par Jules ALINGETI à un groupe d’individus se réunissant à MATONGE dans les débits de boisson munis des factures sans entêtes?
Ces propos diffamatoires et non fondés de la part de l’Inspection Générale des finances sont d’une légèreté absolue et d’une volonté manifeste de nuire, humilier et ridiculiser les responsables de toute un établissement légal, travaillant sur base d’un contrat signé dans toute régularité avec le gouvernement Congolais représenté par le Ministre des Médias, qui lui aussi a invité l’IGF à la réparation, car n’étant pas aussi consulté.

Mensonges à propos de la surtarification des matchs et des faux factures.

GOKA International est un établissement commercial munis d’un registre de commerce, une identification nationale et un numéro d’Impôt. A ce titre, GOKA international n’est pas une Caritas, mais plutôt un établissement commercial qui achète les droits médias chez les détenteurs originaires pour venir les commercialiser à certains pays dont la RDC, rapportent nos sources.
N’ayant pas reçu mandat du gouvernement de la RDC et n’appartenant à aucune structure du ministère du sport ou des médias, GOKA International est un établissement qui achète et qui vient commercialiser sur base d’un contrat et d’une facture. Comment ces acteurs d’un établissement privé qui a signé un contrat avec la RDC peuvent-être assimilés à des tricheurs et des détourneurs, s’interrogent nos sources.

S’agissant du prix de la transmission des matchs, il sied de préciser avec preuve à l’appui que l’Agence GOKA international n’a jamais taxé 400.000 dollars Américains/match, mais plutôt 160 milles dollars américains/matchs.
A ce jour, c’est le gouvernement Congolais qui a une dette de l’agence Goka.Cette situation constitue une violation du contrat qui stipule qu’en pareil cas, la juridiction compétente est le tribunal égyptien. Une mise en demeure aurait même été donné au gouvernement congolais.

Conflit d’intérêt

Selon nos sources, tout commence en 2019, lorsqu’au cours d’une réunion présidée par la ministre des médias a.ï de l’époque, Marie-Ange MOSHEBEKWA, il avait été découvert qu’au lieu de 1.800.000$ demandé par l’agence GOKA, le DG de la RTNC avait surfacturé en demandant 2.800.000$ sans écrire même au ministre des médias, mais en usant de ses relations à la présidence de la république et au ministère du budget. Alors le fait que la ministre avait décidé et opté pour le paiement de la facture proposée par l’agence GOKA, c’était le début d’une mauvaise campagne et des procès en justice pour écarter cet établissement et le voir remplacer par d’autres dirigés par les étrangers en vue d’entretenir la véritable mafia.

Toujours dans le cadre de notre enquête, il sied de révéler qu’un certain inspecteur Judicaire était récusé par GOKA international dans un procès en novembre 2020, pour sa complicité avec les détracteurs de cet établissement.
Curieusement, débouté en justice, le même inspecteur judiciaire, a réapparu dans la commission d’enquête déployée par l’IGF dans le même dossier, les preuves probantes sont là, affirment nos sources.

L’établissement GOKA n’étant pas accusé, il était suspect de voir ce Monsieur appeler régulièrement l’épouse du DG de GOKA pour exiger l’argent faute de quoi, ils devaient passer auditer cet établissement.
L’ IGF Ne maitrisant pas les méandres des droits télé, au lieu de s’informer à l’Agence GOKA International qui est le détenteur des droits ou même la CAF qui a cédé les droits, il est allé se référer à la FECOFA qui ne gère pas les droits des matchs à l’extérieur du pays, ni au ministère de sport qui n’engage pas le gouvernement Congolais dans la retransmission des matchs, ni la RTNC qui n’est qu’une diffuseur, au lieu de se renseigner auprès du ministre des médias et à cette agence qui sont les institutions attitrées à livrer la vrai information.

Au regard de ces éléments, l’Inspecteur Général des finances est appelé à laver l’image salie de l’établissement GOKA International et de ses responsables en vue d’éviter le ridicule et l’opprobre sur cette institution de l’Etat qui devait inspirer confiance de tous. Dossier à suivre.

Infoslive.cd

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Latest Posts

Abonnez-vous à notre newsletter

Pour être mis à jour avec toutes les dernières nouvelles, offres et annonces spéciales.

spot_imgspot_img

Don't Miss