spot_imgspot_imgspot_imgspot_img

Latest Posts

EPST/ Assises paritaire Gouvernement-Banc Syndical, les enseignants exigent la paie des intervenants aux TENAFEP.

Au 3è jour des négociations avec le gouvernement, les enseignants ont exigé la paie des intervenants au TENAFEPD. Démarrées depuis le lundi 27 novembre 2021, les  négociations entre le gouvernement et le banc syndical du sous secteur de l’enseignement primaire, secondaire et technique, à travers la commission paritaire mise en place, se déroulent dans un climat serein. 

Les enseignants représentés par les structures syndicales continuent de camper sur leurs revendications qui n’ont pas encore trouvé satisfaction. De la bouche des syndicalistes, plus de 300.000 intervenants au Test National de Fin d’études Primaires n’ont pas eu accès à leur prime. Ce qui est inconcevable ! Les enseignants se décident de paralyser la rentrée scolaire si cette paie n’intervient pas immédiatement. 

D’autres revendications résident au tour de plusieurs points, notamment : la paie du nouveau barème; la paie complète des Nouvelles Unités des écoles primaires et secondaires ; la supression des zones salariales; la paie de la prime de brousse ; la réactivation les écoles désactivées; construction des nouveaux bâtiments et des nouvelles salles de classe; l’effectivité de la caisse de la retraite des enseignants; l’extension Mutuelle de santé des enseignants (Mesp); pour ne citer que celles-là. 

Les enseignants ont rappelé au gouvernement que leur bonne foi brandie pour terminer en bonté l’année scolaire 2020-2021, n’était pas un signe de naïveté.  

Pour le représentant des structures syndicales (intersyndicale) 
la bonne foi ne pouvait être signe de naïveté et de faiblesse. Il a également félicité le professeur Tony Mwaba pour ses réalisations, tout en rappellant que l’œuvre inachevée n’a jamais été récompensée. respecter et faire respecter le protocole d’accord. 
Aussi,  à ce jour a t-il fait remarquer que les enseignants ne jurent que sur l’application de l’accord de Bibwa et le paiement des N.U, la suppression de zones salariales, la mise en place effective de la caisse de la retraite des enseignants, la construction de nouvelles infrastructures ainsi que l’activation des écoles désactivées, l’extension de la Mesp dans d’autres provinces administratives.

La bonne foi du gouvernement Sama 

Lors de son intervention à l’ouverture de ces assises, le ministre de l’Enseignement primaire, secondaire et technique, Tony Mwaba a rappelé les caps déjà franchis. A la tête de ce ministère, le ministre dit n’avoir pas attendu la grève pour commencer à élaguer les points inscrits dans le protocole d’accord signé à Bibwa entre le gouvernement et banc syndical des enseignants. Aussitôt après ses prises fonctions, il s’est mis à travailler avec les syndicalistes pour le nettoyage du fichier paie des enseignants; la prise en charge des des enseignants Nouvelles Unité (N.U) des écoles maternelles; l’augmentation de frais de fonctionnement à 20,25%; la retraite des enseignants; la caisse de retraite des enseignants ; la prime de brousse dont la moitié a été payée.

Ouverte le le 27 septembre, la commission paritaire Gouvernement-Banc syndical va devoir fermer ses portes ce mercredi à Kinshasa.

infoslive.cd/opinion-info.cd

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Latest Posts

Abonnez-vous à notre newsletter

Pour être mis à jour avec toutes les dernières nouvelles, offres et annonces spéciales.

spot_imgspot_img

Don't Miss