spot_imgspot_imgspot_imgspot_img
).push({}); luLXRvcCI6IjMwIiwiZGlzcGxheSI6IiJ9LCJwb3J0cmFpdCI6eyJtYXJnaW4tdG9wIjoiMTUiLCJkaXNwbGF5IjoiIn0sInBvcnRyYWl0X21heF93aWR0aCI6MTAxOCwicG9ydHJhaXRfbWluX3dpZHRoIjo3NjgsImxhbmRzY2FwZSI6eyJtYXJnaW4tdG9wIjoiMjUiLCJkaXNwbGF5IjoiIn0sImxhbmRzY2FwZV9tYXhfd2lkdGgiOjExNDAsImxhbmRzY2FwZV9taW5fd2lkdGgiOjEwMTl9" full_width="stretch_row_1200 td-stretch-content"]

Latest Posts

Ituri : Plus de 50 journalistes sensibilisés sur leur rôle pendant l’état de siège et la lutte contre les violences sexuelles

CR 17;est au cours d’un dîner de presse organisé par le colonel Batabombi Apanza Jean Daniel, commandant second Adm-Log SCIFA et secrétaire de la commission FARDC pour la lutte contre les violences sexuelles, en séjour en Ituri, que le service de communication et de l’information de forces armées de la République Démocratique du Congo (SCIFA en sigle) a sensibilisé plus de 50 journalistes de l’Ituri en matière de la lutte contre les violences sexuelles au sein des forces armées et par les groupes armés, mais également sur la responsabilité du journaliste pendant cette période de l’état de siège décrété par le Chef de l’État en Ituri et dans le Nord-Kivu.

Selon le colonel Batabombi Apanza, des avancées significatives sont observées en matière de la lutte contre les violences sexuelles au sein de l’armée régulière depuis 2015.

“Avec la campagne tolérance zéro contre les abus et violences sexuelles au sein des forces armées de la République, des avancées significatives sont observées. Parmi ces avancées on note au moins 635 officiers formés en matière de prévention parmi eux 30 communicateurs, 410 acteurs judiciaires dont 48 femmes formés également et plus de 580 condamnations. Toutes ces formations ont comme conséquence la réduction sensible des cas des violences sexuelles au sein de l’armée” a-t-il précisé.

S’adressant aux journalistes, cet officier militaire leur demande de fournir des informations vérifiables à la population et surtout sensibiliser cette dernière à bannir la haine tribale, la division en vue de garantir les droits humains, d’éviter de commettre les délits de presse pendant cette période spéciale de l’état de siège et surtout de soigner les rapports ou relations avec les autorités politico-administratives établies et d’oeuvrer en tout professionnalisme.

Un dîner de presse qui s’est clôturé à la satisfaction de tous les journalistes et directeurs des médias présents dans la salle qui promettent d’en faire bon usage.

Jonas Mukonkole

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Latest Posts

Abonnez-vous à notre newsletter

Pour être mis à jour avec toutes les dernières nouvelles, offres et annonces spéciales.

spot_imgspot_img

Don't Miss