spot_imgspot_imgspot_imgspot_img
).push({}); luLXRvcCI6IjMwIiwiZGlzcGxheSI6IiJ9LCJwb3J0cmFpdCI6eyJtYXJnaW4tdG9wIjoiMTUiLCJkaXNwbGF5IjoiIn0sInBvcnRyYWl0X21heF93aWR0aCI6MTAxOCwicG9ydHJhaXRfbWluX3dpZHRoIjo3NjgsImxhbmRzY2FwZSI6eyJtYXJnaW4tdG9wIjoiMjUiLCJkaXNwbGF5IjoiIn0sImxhbmRzY2FwZV9tYXhfd2lkdGgiOjExNDAsImxhbmRzY2FwZV9taW5fd2lkdGgiOjEwMTl9" full_width="stretch_row_1200 td-stretch-content"]

Latest Posts

RDC/ Vice-Primature aux Affaires Etrangères : Le Vice-Ministre Samy ADUBANGO vs le Dircaba Bernard MPETSHI voici la vérité !

L’affaire qui éclate aujourd’hui au Ministère des Affaires Etrangères entre le Vice-ministre et le Directeur de cabinet adjoint, a commencé il y a un moment, peut-être que le public ne s’en rendait pas compte. La cause principale, c’est l’amateurisme de Samy Adubango.

Verser toute sa colère et ses frustrations qui d’ailleurs n’ont pas leur raison d’être, sur le Directeur de Cabinet adjoint, alors que tout litige politique ne peut se régler que politiquement, le vice-ministre s’illustre en un amateur.
En plus, mettre sur la place publique a traverd les médias in litige purement interne pour se donner raison, est une fuite en avance. Ses erreurs sont déjà consommées, il va devoir s’assumer.

En effet, tout est parti de l’injonction du Vice-premier ministre, ministre des Affaires Etrangères Christophe Lutundula a son directeur de cabinet adjoint Bernard Mpetshi, lui demandant d’élaborer une liste des membres du cabinet a envoyer au ministère du budget pour harmonisation de leur salaire.

En exécutant cette instruction, le Dircaba a envoyé la liste au vice-ministre pour l’ajout des noms de ses collaborateurs d’appoint dont les postes et le nombre lui reviennent de droit et sont connus de tous selon le décret du premier ministre.

Tout frustré suite à sa demande illégale rejetée par son titulaire, demande formulée pour avoir ses propres conseillers nommés par lui, Samy Adubango a après avoir reçu la liste, invite le Directeur de cabinet et le directeur de cabinet adjoint dans son bureau pour leur exprimer son mécontentement quant à ce, et son refus de n’avoir que 9 membres sur 60 qui composent le cabinet.
Pour lui, les remarques, les notes circulaires, les décisions de Lutundula à son endroit proviennent de ses deux directeurs.

« Ce sont eux qui lui donnent des mauvais conseils et qui influencent ses décisions », estime le vice-ministre.

En voulant se justifier, et lui demandant de voir son titulaire pour toute réclamation, le Vice-Ministre Samy Adubango s’est énervé et a tonné sur le dircaba l’obligeant de quitter son bureau.
Selon notre source, c’est la troisième fois, qu’il tonne sur le directeur de cabinet adjoint. Celui-ci, aussi, responsable qu’il est, avec une longue carrière politique, député honoraire, conseiller dans plusieurs cabinets ministériels, enseignant d’universités…n’a pas digéré des remontrances sans cause du vice-ministre. Il lui a simplement dit, de ne pas le gueuler comme un petit enfant.
Où est le scandale ici ?
Où est l’agression ou la rébellion qu’il a fait publier dans la presse ?
Ce que le vice-ministre n’a pas supporté. Il a pour ce faire, chassé le dircaba, obligeant même son garde du corps à le bousculer et à mettre la main sur lui. N’eut été la présence du Directeur de cabinet, qui s’était interposé, aujourd’hui l’on parlerait d’un scandale.

Tout ceci arrive puisque l’on dénote l’inexpérience dans le chef du vice-ministre. Puisqu’un cabinet ministériel a un seul chef, Vice-premier ministre, ministre d’Etat, ministre, ministre délégué selon le cas et non un vice-ministre.
Aussi, un vice-ministre ne peut pas engager le cabinet, signer des lettres pendant que le ministre titulaire est là. Le nombre de son personnel d’appoint est connu et n’est pas à négocier. Quant à la composition du cabinet, tous les conseillers, les chargés d’études, et le personnel d’appoint sont nommés par le titulaire et c’est lui qui signe l’arrêté.
Ainsi, étant donné que le cabinet est hautement politique, tout autre chose qui peut se faire, se fait sur la décision du ministre titulaire, autrement le vice-ministre ne peut que discuter ou négocier avec celui-ci.
S’en prendre à un directeur de cabinet adjoint, le considérer comme un bouc émissaire s’avère une fuite en avant.
Selon les informations recueillies sur place, depuis son avènement comme vice-ministre aux Affaires Etrangères, Samy Adubango ne connaît pas cerner les contours de son pouvoir. Il croit tout se permettre alors qu’il n’est qu’un vice-ministre.
Pour illustrer cela, il a signé et envoyé des lettres à certaines institutions engageant ainsi le ministère pendant que le Vice Premier Ministre, lui-même était à Kinshasa.
Ensuite, selon le témoignage récolté dans son entourage, par manque d’expérience, l’homme a des préjugés injustifiés sur plusieurs membres du cabinet parmi lesquels le dircaba Bernard MPETSHI qu’il considère comme le tout puissant conseiller, le souffleur, ou le maillot incontournable de Lutundula, alors que ce n’est pas le cas.
Le vice-ministre semble ignorer enfin, les principes de composition et fonctionnement d’un cabinet ministériel, l’ordonnance présidentielles portant modalités de collaboration entre le gouvernement et le Président de la République. Il ignore également la répartition des postes dans le cabinet, le responsable du cabinet, ses prérogatives…
Voilà qui justifie la tension observée le vendredi 13 août 2 021 au cabinet entre lui et le dircaba Mpetshi. L’affaire s’est déroulée pendant que le VPM Lutundula était sur place dans son bureau.
Ce qui est grave, cette discussion interne qui ne pouvait rester que là, a été portée sur la place publique par le vice-ministre pour se donner raison.
Erreur grave encore, Samy Adubango qualifie la réaction du dircaba Mpetshi d’acte de rébellion et demande au directeur de cabinet de lui écrire une lettre. Face au refus de ce dernier pour incompétence, le vice-ministre s’arroge le luxe de donner injonction au Vice premier ministre, ministre des affaires étrangères, son titulaire de le sanctionner.
Le vendredi et le samedi le calme était revenu. On ne comprend pas quelle mouche a piqué le vice-ministre, qui profitant de l’absence du VPM de la ville, va instruire au Chef de la sécurité du ministère d’empêcher que le dircaba d’entrer dans son cabinet pour travailler. Quel imbroglio dans le chef du vice-ministre.
On dirait que le vice-ministre ne supporte pas la présence du directeur de cabinet adjoint, on ne sait pas pourquoi !
Les incriminations dictées dans les médias contre Bernard Mpetshi, ne sont que mensonges et montage grossier.
Voilà toute la vérité. Dossier à suivre.

Infoslive.cd

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Latest Posts

Abonnez-vous à notre newsletter

Pour être mis à jour avec toutes les dernières nouvelles, offres et annonces spéciales.

spot_imgspot_img

Don't Miss