spot_imgspot_imgspot_imgspot_img
).push({}); luLXRvcCI6IjMwIiwiZGlzcGxheSI6IiJ9LCJwb3J0cmFpdCI6eyJtYXJnaW4tdG9wIjoiMTUiLCJkaXNwbGF5IjoiIn0sInBvcnRyYWl0X21heF93aWR0aCI6MTAxOCwicG9ydHJhaXRfbWluX3dpZHRoIjo3NjgsImxhbmRzY2FwZSI6eyJtYXJnaW4tdG9wIjoiMjUiLCJkaXNwbGF5IjoiIn0sImxhbmRzY2FwZV9tYXhfd2lkdGgiOjExNDAsImxhbmRzY2FwZV9taW5fd2lkdGgiOjEwMTl9" full_width="stretch_row_1200 td-stretch-content"]

Latest Posts

Kasaï Central : Riposte contre la pandémie, la CNDH déplore le débordement de la police et exige des sanctions aux récalcitrants

La Commission Nationale de Droits de l’Homme(CNDH)ville de Kananga a dans un rapport publié en début de semaine, détaillé des violations graves des droits de l’homme, y compris des détentions arbitraires, commises au chef-lieu du Kasaï Central. Des policiers sont directement mis en cause dans ces violences perpétrées pendant cette période de la gestion de la crise sanitaire dûe à la covid-19.

Le rapport s’appuie sur des enquêtes menées par la coordination urbaine pilotée par Maître Louis Mukena.

Selon les enquêteurs qui ont concentré les investigations dans cette entité administrative , plusieurs personnes ont été blessées et brutalisées après leurs échanges avec la police, ce qui est à la base des accidents à répétition de circulation .

Les enquêteurs de CNDH ont par ailleurs fait état de l’arrestation illégale des civils. La plupart de ces personnes ont été maintenues en détention arbitraire et, selon des témoignages, elles ont été victimes de tortures et extorsion.

Toujours selon le rapport, la répression s’est abattue sur des personnes qui ne respectent pas les mesures barrières et surtout l’arrêté signé par le maire de Kananga.

Les forces de l’ordre et de sécurité mises en cause

Les principaux responsables de ces crimes et de ces exactions appartiennent tous à des corps qui font partie des forces de sécurité rattachées à la police. Le rapport indique que la plupart des violences commises impliquent la police nationale congolaise.

Toujours d’après le rapport de CNDH et dans une moindre mesure, des militaires des Forces armées de la RDC (FARDC) sont aussi impliqués.

Les autorités congolaises sont appelées à ouvrir une enquête judiciaire. Plusieurs jours après, aucun officier de haut rang n’a été interpellé ou même suspendu.

Cette organisation des droits de l’homme à Kananga, « se tient prête à continuer à aider et soutenir les autorités judiciaires afin d’établir les responsabilités et de traduire en justice les auteurs de graves violations des droits de l’homme », a déclaré Louis Mukena, coordonnateur urbain de la Commission Nationale de Droits de l’Homme .

Jean Claude Ngalamulume Bakamubia

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Latest Posts

Abonnez-vous à notre newsletter

Pour être mis à jour avec toutes les dernières nouvelles, offres et annonces spéciales.

spot_imgspot_img

Don't Miss