RDC/EPST :Cité parmi les saboteurs de la gratuité, l’abbé recteur du Collège Notre-Dame du Congo sauvé par ses éléves.

La journée de ce vendredi 9 avril était particulièrement agitée au Collège Notre-Dame du Congo (CNDC- collège Bosembo).

A la récréation, des agents de l’ordre ont fait irruption dans l’enceinte du collège jusqu’au bureau de l’abbé recteur. Ils en ressortiront avec l’abbé préfet bien menotté.

C’est tout ce qui a suffi pour susciter l’ire des collégiens qui s’en sont pris ouvertement aux agents de l’ordre.

Ces derniers, ne pouvant résister longtemps à la rageur de ces jeunes élèves surexcités, deux de ces policiers ont simplement placé les jambes au cou. Le troisième qui n’a pas agit comme ses compagnons d’infortune, a été copieusement molesté, la jeep venue cueillir l’abbé-prefet a été caillassée.
Conséquence : l’abbé recteur l’a échappée bel.

D’ungeste de la main, il a salué la bravoure de ces élèves qui l’ont tiré de ce guet-apens. Ce n’est que partie remise, car l’abbé recteur Auguste est cité parmi les saboteurs de la mesure portant gratuité de l’enseignement prise par le chef de l’État depuis bientôt deux ans.

Rappelons que l’abbé recteur Augustin du Collège Notre-Dame du Congo, aligne une série de frais scolaires à payer. Outre les frais scolaires fixés par l’autorité urbaine, 54 000 Fc pour les humainités et 38 000 Fc le secondaire général, il faut en plus de la rame de papier, 15 $ d’infirme bonsoir mamanrie, 32$ pour la tenue de gymnastique, T-shirt, écusson; 180$ secondaire et 200$ pour les humanités au titre d’appui à la gratuité.

Cet argent est payable aux guichets de Acriland Bank. L’inspection général doit servir parmi ces fosoyers de l’éducation en RDC.

BM

 1,338 vues,  2 vues ce jour

Partager cet article

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :