spot_imgspot_imgspot_imgspot_img

Latest Posts

Sit-in des assistants parlementaires : Le bureau de l’Assemblée national appelle au calme

Les assistants parlementaires ont débrayé ce matin du mardi 23 mars. Ils ont assiégé bruyamment les couloirs qui mènent au cabinet du président de la Chambre basse du Parlement, troublant ainsi la quiétude au sein de l’hémicycle.

Motif : ils réclament des arriérés de salaires de janvier et février 2021 et des primes.
Après avoir reussi à prendre langue avec les manifestants, la questure a, au nom du bureau, cherché à clarifier la situation et appeler les assistants parlementaires au calme et à la compréhension de la situation globale du pays.
Circoncrivant la situation dans son contexte, le conseiller administratif de la questeure a éclairé en ces termes : “Il se constate depuis un temps, un remue-ménage dans le groupe des assistants parlementaires autour de la question de leur rémunération, notamment des arriérés et compléments. Mais ce qu’il convient de dire à l’opinion est qu’il n’est pas dans le chef du bureau de l’Assemblée nationale actuel le refus de répondre aux préoccupations ou encore une négligence dans le traitement de leur réclamation”
Il convient de rappeler que le bureau Mboso a réussi à éponger tous les arriérés de salaires de 2020, lesquels ont été soldés sur décision du président Christophe Mbodo NKodia Pwanga.

Et le conseiller administratif de la questeure d’enchainer : “Pas plus tard que 72 heures, le bureau de l’Assemblée nationale a eu une discussion avec un groupe d’assistants parlementaires, avec lequel l’accent a été mis sur la nécessité d’une séance de travail avec une délégation restreinte en vue de clarifier entièrement la situation”.

Avant d’annoncer que la situtation de janvier et février 2021 est en voie d’être réglée dans le contexte de l’évolution politique actuelle.

Pour conséquence, a-t-il ajouté, il est demandé aux assistants parlementaires de garder leur calme et d’afficher une attitude de compréhension, car le dossier est sur la table du bureau de l’Assemblée nationale qui, nous pensons bien, mérite des remerciements que des réactions épidermiques”.

Pour le bureau de l’Assemblée nationale, la réaction des assistants parlementaires est compréhensible, surtout quand les gens n’ont pas la bonne information

L’actuel bureau, a-t-il expliqué par ailleurs, hérite d’une situation qu’il n’a pas geré, car ce bureau est là il y a à peine deux mois. Il est donc impossible, en deux mois, de régler tous les problèmes hérités du prédécesseur.

“Tous les problèmes, qu’il s’agisse de la paie du personnel administratif, des honorables députés ou encore des assistants parlementaires, le bureau actuel passe en revue l’ensemble de la situation de manière à y réserver une suite satisfaisante”, a renchéri le conseiller de Mme le questeur.

S’agissant des revendications de ces assistants parlementaires, le bureau estime que cette question doit d’abord être tirée au clair et traiter au cas par cas, parce qu’il existe une catégorie de députés qui sont sans assistants. De même, il y a des assistants sans notification, raison de plus pour que la situation soit avant tout tirée au clair pour déterminer qui a droit à quoi et pour quelle période, a expliqué par ailleurs le conseiller administratif de la questeure.
Tous ces éléments mis ensemble permettront au bureau de cerner la question dans sa globalité et d’y réserver des réponses idoines, a-t-il conclu son propos.

MB

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Latest Posts

Abonnez-vous à notre newsletter

Pour être mis à jour avec toutes les dernières nouvelles, offres et annonces spéciales.

spot_imgspot_img

Don't Miss