spot_imgspot_imgspot_imgspot_img
).push({}); luLXRvcCI6IjMwIiwiZGlzcGxheSI6IiJ9LCJwb3J0cmFpdCI6eyJtYXJnaW4tdG9wIjoiMTUiLCJkaXNwbGF5IjoiIn0sInBvcnRyYWl0X21heF93aWR0aCI6MTAxOCwicG9ydHJhaXRfbWluX3dpZHRoIjo3NjgsImxhbmRzY2FwZSI6eyJtYXJnaW4tdG9wIjoiMjUiLCJkaXNwbGF5IjoiIn0sImxhbmRzY2FwZV9tYXhfd2lkdGgiOjExNDAsImxhbmRzY2FwZV9taW5fd2lkdGgiOjEwMTl9" full_width="stretch_row_1200 td-stretch-content"]

Latest Posts

RDC-EPST/Réforme sur l’enseignement en langues nationales : les élus nationaux et notables du Sankuru édifiés sur la question au cours d’un dialogue politique




Dans le cadre de la réforme sur lR

17;enseignement en langues nationales dans l’optique du Projet d’amélioration de la qualité de l’éducation en RDC (PAQUE), le ministère de l’EPST a organisé ce Mardi 16 Mars 2021, un dialogue politique avec les députés nationaux, provinciaux, les sénateurs et notables du Sankuru. Il était question pour le ministre d’État Willy Bakonga et tous ses experts, de dissiper le malendu sur la problématique de l’utilisation du Lingala comme Langue nationale dans l’enseignement à l’école primaire dans la province du Sankuru et donner la lumière sur le sort réservé à la langue Otetela.

Le Ministre d’État Willy Bakonga a dans son intervention insisté sur le fait que cette réforme vise l’amélioration de la qualité de l’éducation et qu’il n’était pas question de minimiser le statut particulier de la langue Otetela. “Cette réforme est conforme à la constitution qui consacre le Français comme langue officielle et le Lingala, le Tshiluba, le Kikongo et le Swahili, comme langues nationales réparties dans quatre zones linguistiques, a laissé entendre Willy Bakonga.

Au nom de toute la délégation des députés nationaux, provinciaux ainsi que les sénateurs de la province du Sankuru, Christophe Lutundula remercié le Ministre d’État à l’EPST ainsi que tous les experts de son ministère pour la disponibilité de fournir des explications claires sur cette question qui a défrayé la chronique au Sankuru et même au niveau des élus de ce coin.

“Nous avons échangé avec Monsieur le Ministre et son équipe technique constituée essentiellement de la direction des ouvrages scolaires et du projet d’amélioration de la qualité de l’éducation (PAQUE). Nous sommes reconnaissants de la disponibilité de nos interlocuteurs autour du Ministre.
A l’issue de nos échanges, il est résulté ce qui suit : première conclusion, la langue Otetela garde son statut d’une exception séculaire dans l’enseignement. Il n’a jamais été question pour le gouvernement et pour le ministère de l’éducation de supprimer la langue Tetela au niveau élémentaire. C’est claire. Deuxième élément, de notre côté, nous avons ténu à rassurer Monsieur le Ministre et à travers lui, le gouvernement, qu’il n’a jamais été question au Sankuru de refuser ou de s’opposer à l’enseignement des langues nationales qui sont constitutionnelles. Il n’a jamais été question aussi de notre côté, d’enfermer les jeunes congolais du Sankuru dans un gueto linguistique ou culturel”, a précisé le député national Lutundula.

Les élus et notables du Sankuru ont par ailleurs plaidé pour que les manuels scolaires en Otetela soient mis à la disposition des structures scolaires.

“Troisième conclusion, c’est que le gouvernement, se charge comme dans ses obligations, de pourvoir le système scolaire ou les structures scolaires du Sankuru en manuels en langue Otetela. Et pour cela, nous avons reçu les assurances de la part de Monsieur le ministre d’État, que des contacts utiles seront pris avec les partenaires qui interviennent dans le secteur de l’enseignement, pour examiner rapidement la possibilité de pourvoir nos structures d’enseignement au Sankuru en ouvrages, en manuels scolaires et de manière générale en supports pédagogiques en langue tetela”, a rapporté le deputé national Christophe Lutundula.

Il faut rappeler que c’est depuis 2016, que le gouvernement dispose d’une stratégie sectorielle de l’éducation qui propose au moins 26 réformes. De ces réformes, 10, parmi lesquelles, l’enseignement en langues nationales, ont été priorisées cela dans le cadre de l’amélioration de la qualité de l’éducation en RDC.

Benoît Mudiayi

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Latest Posts

Abonnez-vous à notre newsletter

Pour être mis à jour avec toutes les dernières nouvelles, offres et annonces spéciales.

spot_imgspot_img

Don't Miss