spot_imgspot_imgspot_imgspot_img

Latest Posts

RDC : l’acharnement contre les journalistes à Lisala inquiète !

Dans une lettre adressée à Madame Marie-Clémentine Sole, gouverneure
intérimaire de la province de Mongala, réceptionnée par son cabinet,
le 23 février 2021, avec ampliation au Premier ministre et au
Président du bureau du Conseil supérieur de l’audiovisuel et de la
communication (CSAC), l’Observatoire de la Liberté de la Presse en
Afrique (OLPA), exprime sa stupéfaction après la suspension d’Eric
Ngunde Abombo, journaliste à Radio Liberté Lisala, émettant à Lisala,
chef-lieu de la province de Mongala.
OLPA lui prie de lever
immédiatement cette décision et de favoriser l’exercice de la liberté
de la presse sur toute l’étendue de la province de Mongala.
Cette organisation non gouvernementale de défense et de promotion de la
liberté d’information basée à Kinshasa a appris la suspension
d’Eric Ngunde Abombo, journaliste à radio Liberté Lisala,pour avoir organisé et animé une émission avec
M. Prospère Nzumbala, président urbain du parti politique MLC
(Mouvement de libération du Congo), le 13 février 2021, laquelle est
qualifiée par la cheffe de l’exécutif provincial d’ « émission à caractère tribal, d’incitation à la
haine tendant à troubler l’ordre public et à déstabiliser les
institutions provinciales établies ».

Cette suspension à durée indéterminée est justifiée par le
souci de préserver la paix et la cohésion à l’intérieur de la
province.

C’est ainsi que les membres du Comité exécutif de
l’Observatoire de la Liberté de la Presse en Afrique constatent avec
amertume que la mesure du 16 février 2021 est excessive et viole
gravement les dispositions pertinentes de l’article 112 de la
Constitution et de la loi organique du 10 janvier 2011 portant
composition, attribution et fonctionnement du Conseil supérieur de
l’audiovisuel et de la communication (CSAC), institution publique de
régulation des médias en RDC.

En outre, les organes d’autorégulation
sont compétents pour prendre des mesures contre les journalistes.
“Cette suspension du journaliste s’apparente à un acharnement, car ce
dernier a été libéré par le parquet de grande instance après 48 heures
de détention pour insuffisance des charges”,note Me Alain Kabongo Mbuyi, secrétaire exécutif de OLPA. Ce dernier rappelle que lors de la 34éme réunion ordinaire du Conseil des ministres du 3
juillet 2020, le Président de la République avait fait part aux
membres du Gouvernement de sa vive préoccupation au sujet de certaines
mesures attentatoires aux libertés individuelles et collectives. Ce,
du fait de certains Exécutifs provinciaux allant de la fermeture des
médias, d’arrestations arbitraires en violation de la loi.
Le Chef de
l’Etat a exigé sans délai que toute mesure liberticide soit rapportée
au risque, pour les contrevenants, de s’exposer aux poursuites
pénales.

Kerima

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Latest Posts

Abonnez-vous à notre newsletter

Pour être mis à jour avec toutes les dernières nouvelles, offres et annonces spéciales.

spot_imgspot_img

Don't Miss