spot_imgspot_imgspot_imgspot_img

Latest Posts

UA : le passeport panafricain, une utopie ou une réalité

L’Afrique reste en grande partie très fermé aux voyageurs Africains et sa propre diaspora. Le rapport de la BAD de 2016 montre que les Africains ont besoin de visas pour voyager dans 55% des autres pays Africains, peuvent obtenir des visas a l’arrivée dans seulement 25% des autres pays et pas besoin de visa pour voyager dans seulement 20% des autres pays du continent.

Lancé depuis le 17 juillet 2016 lors du 27ème S
sommet de l’Union Africaine réuni à Kigali, la capitale rwandaise, ce passeport panafricain, censé faciliter la libre circulation des citoyens africains à travers leur continent, 4 ans après, l’enthousiasme suscité par cette annonce semble s’être évanoui car il ne fait plus l’objet des discussions et actions claires au sein de l’Union Africaine, note Jean Pierre Alumba Lukamba, Directeur exécutif International de la Diaspora Africaine pour le Développement (ADD) dans une tribune.

Selon un rapport de l’organisation Internationale pour les Migrations de 2014, sur 100% des Africains qui quittent leur pays d’origine, 60% émigrent dans d’autres pays d’Afrique, seulement 40% quittent le continent.

Le thème officiel de l’annee 2021 de l’Union Africaine est “Arts, Culture et Patrimoine: leviers pour construire l’Afrique que nous voulons”. Comment l’Afrique peut-il atteindre cet objectif sans que les Africains et sa diaspora puisse se decouvrir et se connecter? Comment pourront- ils se decouvrir sans un instrument qui facilite leur mobilité au sein du continent ?, s’interroge Jean Pierre Alumba Lukamba.

En effet, le secteur touristique est l’une des activités économique les plus prometteuse d’Afrique et l’industrie a le potentiel de stimuler la croissance économique sur le continent en terme de commerce intra-Africain.
L’Union Africaine s’est assignée l’objectif de doubler ce tourisme d’ici 2023 dans le cadre du plan de mise en oeuvre decennal (2014-2023), qui s’inscrit dans le vaste Agenda 2063 de l’UA.

“La Zone de Libre Echange Continental ne peut etre viable et effective que quand la mobilité des Africains est soutenue par un document de voyage commun aux Africains et sa diaspora, car les conditions et les exigences des visas decouragent les touristes Africains a decouvrir ce que leur continent peut leur offrir en terme des business, decouvertes culturelles, heritage artistique commun et notre heritage historique”, tance -t-il.

“Au vu de tout ce que nous venons d’evoqué, nous pouvons deduire que l’ Afrique sans un passeport Pan Africain, sera toujours un obstacle á l’integration continentale et l’Union Africaine restera toujours un cercle fermé des Chefs d’Etat et des gouvernement”, martèle-t-il.

Jean Pierre Alumba espère que cette question sur le passeport panafricain soit soutenue par un agenda politique clair et assumé par l’actuel président de l’Union Africaine de 2021, le Président RDCongolais Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo.

“Si Fatshi fait de ce passeport Pan Africain une réalité pour les peuples Africains, son nom restera dans les annales de l’U.A pour toujours. Car les Africains qui vivaient jadis ensemble, ont été divisé en 1885 par les effets de la conférence de Berlin divisant l’Afrique, alors c’est ce passeport qui peut encore réunir les Africains en respectant la souveraineté de chaque Etat membre de l’U.A”, conclut-il.

Kerima

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Latest Posts

Abonnez-vous à notre newsletter

Pour être mis à jour avec toutes les dernières nouvelles, offres et annonces spéciales.

spot_imgspot_img

Don't Miss