spot_imgspot_imgspot_imgspot_img
).push({}); luLXRvcCI6IjMwIiwiZGlzcGxheSI6IiJ9LCJwb3J0cmFpdCI6eyJtYXJnaW4tdG9wIjoiMTUiLCJkaXNwbGF5IjoiIn0sInBvcnRyYWl0X21heF93aWR0aCI6MTAxOCwicG9ydHJhaXRfbWluX3dpZHRoIjo3NjgsImxhbmRzY2FwZSI6eyJtYXJnaW4tdG9wIjoiMjUiLCJkaXNwbGF5IjoiIn0sImxhbmRzY2FwZV9tYXhfd2lkdGgiOjExNDAsImxhbmRzY2FwZV9taW5fd2lkdGgiOjEwMTl9" full_width="stretch_row_1200 td-stretch-content"]

Latest Posts

Kasaï Central : L’AFIMHA débordée par le nombre d’apprenants




Samedi 30 janvier 2

021, l’association des filles mères vivant avec handicap a rendu public son rapport annuel pour l’exercice 2020 écoulé.

L’AFIMHA a encadré plus de 40 filles mères par l’apprentissage des métiers pour leurs autonomisations et aussi sensibilisé 60 de cette catégorie contre les vbg au cours de l’an 2020.

Marie Ngalula, sa coordonnatrice, indique que cette ASBL a mené toutes ces actions sur fond propre avec l’appui technique de la congrégation des frères de charité de Marie.

“Nous avions sensibilisé les filles qui étaient victimes des violences sexuelles. C’était avec les cotisations de nos membres. Deuxièmement les pères scheuts nous ont assisté avec 10 machines à coudre. On a eu la chance de former ces filles.”

Le centre d’apprentissage de L’AFIMHA implanté à Jukayi dans la commune de Katoka à Kananga, oeuvre dans deux secteurs ;la formation et la lutte contre les vbg.

En 2020, la structure a connu beaucoup de difficultés à cause de la pléthore des formées. L’insuffisance des machines à coudre et l’encombrement de la salle technique, sont les difficultés majeures qui poussent Ngalula Marie à lancer un cri d’alarme aux bienfaiteurs .

” Il y a ici chez-nous l’insuffisance des chaises, la salle est devenue petite. Nous les formatrices nous ne savons pas circulé pour contrôler toutes les filles. Nous demandons à notre gouvernement et aux partenaires de nous venir en aide en vue de nous soutenir pour l’autoprise en charge des filles mères. Nous voulons que notre salle soit aérée.” a-t-elle insistée.

Par la même occasion, elle appelle les filles et femmes se retrouvant dans cette situation déconcertante de venir s’inscrire dans ce centre pour leur autonomisation.

“Nous avions constaté que les filles mères vivant avec handicap vivent dans la mendicité, le parasitisme, la débauche et la dépendance. C’est pourquoi, nous voulons leur apprendre les métiers générateurs de revenu. Qu’elles viennent nombreuses prendre part, il n’y a aucune condition” conclut-elle.

Retenons que l’association des filles mères vivant avec handicap (AFIMHA) a été créée par la congrégation des frères de charité de Jésus-Christ de l’Eglise catholique dans les années 1998.

Jean Claude Ngalamulume Bakamubia

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Latest Posts

Abonnez-vous à notre newsletter

Pour être mis à jour avec toutes les dernières nouvelles, offres et annonces spéciales.

spot_imgspot_img

Don't Miss