spot_imgspot_imgspot_imgspot_img
).push({}); luLXRvcCI6IjMwIiwiZGlzcGxheSI6IiJ9LCJwb3J0cmFpdCI6eyJtYXJnaW4tdG9wIjoiMTUiLCJkaXNwbGF5IjoiIn0sInBvcnRyYWl0X21heF93aWR0aCI6MTAxOCwicG9ydHJhaXRfbWluX3dpZHRoIjo3NjgsImxhbmRzY2FwZSI6eyJtYXJnaW4tdG9wIjoiMjUiLCJkaXNwbGF5IjoiIn0sImxhbmRzY2FwZV9tYXhfd2lkdGgiOjExNDAsImxhbmRzY2FwZV9taW5fd2lkdGgiOjEwMTl9" full_width="stretch_row_1200 td-stretch-content"]

Latest Posts

Justice/ Séraphin Umba : “On ne peut pas profiter de la grâce présidentielle du Chef de l’État et sortir des gens qui venaient à peine d’être condamnés sous prétexte d’une libération conditionnelle.




La libération conditionnelle accordée aux Directeurs généraux de lR

17;OVD et SOCOC continue à susciter des réactions au sein de la classe politique congolaise. La dernière réaction en date est celle du Secrétaire général de l’Union pour la Démocratie et le Progrès Social (UDPS/Kibassa), qui fustige ce qu’il qualifie de raccordement frauduleux. A en croire Maître Séraphin Umba, l’ordonnance du Chef de l’État accordant la grâce présidentielle est très claire quant à ce qui concerne les personnes éligibles à ces mesures de grâce.

“La mesure de grâce présidentielle ne peut même pas être critiquée parce que c’est constitutionnelle. Le Chef de l’État a dans son pouvoir discrétionnaire, le pouvoir de gracier certains détenus et il l’a fait, il a pris une ordonnance quant à ce et c’est une bonne chose. On ne peut pas profiter de la grâce présidentielle du Chef de l’État et sortir des gens qui venaient à peine d’être condamnés sous prétexte qu’il bénéficient de la libération conditionnelle”, s’est indigné le numéro 2 de l’UDPS/Kibassa.

Ce juriste de formation précise par ailleurs que “la libération conditionnelle a des conditions lesquelles ne sont pas remplies dans le cas d’espèce (notamment le cas de deux DG).
Donc en tant que membre de l’UDPS, c’est l’occasion de fustiger pareille bavure qui mérite une correction spectaculaire”, souligne-t-il.

Umba Kapepe poursuit son argumentaire en invitant le vice-ministre de la justice a corriger ce qu’il qualifie de bavure. “Mais l’Autorité qui a pris la décision peut y revenir. C’est à corriger, ça ne peut pas rester ainsi si non, toute notre lutte est souillée. Cette bavure doit être sanctionnée, a-t-il conclu.

T. Ngandu.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Latest Posts

Abonnez-vous à notre newsletter

Pour être mis à jour avec toutes les dernières nouvelles, offres et annonces spéciales.

spot_imgspot_img

Don't Miss